Séisme Mw7.3 de Maduo (Chine) le 21/05/2021

Le séisme de Maduo s’est produit sur une faille décrochante sénestre parallèle au système de faille du Kunlun, l’une des grandes failles décrochantes qui participe à l’extrusion du plateau tibétain en réponse à la collision Inde-Asie.

Si le système de la faille du Kunlun est bien documenté, avec une vitesse de glissement estimée a ~1cm/an, la faille qui a rompu lors du séisme de Maduo est plutôt une structure secondaire. Peu d’indications de déformations antérieures sont visibles sur les images d’archives, ce qui suggère que le temps de retour sur cette faille pour un séisme comparable au séisme de Maduo est probablement long. 

L’activation de la charte internationale a permis d’acquérir 2 images stéréo SPOT 7 post-séisme sur la zone épicentrale du séisme.

Grâce au dispositif de la CIEST², des archives SPOT 6/7 datant d’avant le séisme ont pu être obtenues. Elles ont ainsi pu être corrélées aux images post-séisme afin de calculer le champ de déplacement en surface généré par le séisme

La première image de corrélation optique Spot6/7, résolution au sol 1.7m, a ainsi été calculée par une équipe de l’Institut de Physique du Globe de Paris avec le logiciel MicMac (IGN / Matis; Rosu et al., 2015). Elle montre un déplacement horizontal sénestre de ~3 m dans la zone épicentral. 

Déplacement en surface généré par le séisme Mw7.3 de Maduo (Chine) le 21/05/2021, calculé à partir de l’image de corrélation optique Spot6/7 © Airbus 2016/2021, support CNES. Image publiée sur Twitter le 11/06.

Cette corrélation d’image, apporte ici une information originale qui permet de quantifier avec précision la déformation de surface, tant pour sa composante localisée que pour la composante distribuée dans la zone d’endommagement associée à la rupture sismique. A ce jour c’est l’information la plus précise qui soit disponible. Elle a pu être produite très rapidement une fois les données disponibles et a ainsi été le premier résultat de ce type, produit sur cette zone.

Sur les 160km de long de la rupture, l’image obtenue couvre la partie centrale.

Auteurs: A. Delorme, Y. Klinger, S. Antoine.

Plus d'actualités

CIEST2

Eruption de la Soufrière Saint-Vincent: évaluer les aléas volcaniques en temps réel grâce à l’imagerie optique haute-résolution

La Soufrière de Saint Vincent est entrée dans une phase éruptive explosive majeure le 9 avril 2021.
Dans le cadre de la gestion de la crise, en collaboration avec les équipes du Seismological Research Center (SRC), de l’Université des West Indies (UWI) et du Montserrat Volcano Observatory (MVO), des chercheurs de la communauté ForM@Ter (IPGP, BRGM, EOST/Univ. de Strasbourg) ont pu prêter assistance aux équipes sur place en fournissant, en temps réel, des analyses des observations satellitaires de l’éruption.

05.05.2021

CIEST2

En Islande, l’éruption du Fagradalsfjall suivie par Pléiades et les scientifiques

Le volcan est entré en éruption, vendredi 19 mars. A partir d’images stéréoscopiques Pléiades, les scientifiques islandais et français ont pu , en quelques jours, déterminer la quantité de lave produite et le flux de magma écoulé en 24 heures.

29.03.2021

CIEST2

Effondrement d’un glacier en Inde – Février 2021

Le 7 février 2021 un pan de montagne de 550 m de large recouvert par un glacier s’effondre dans l’état indien de l’Uttarakhand (30.38°N, 79.73°E). Il s’en suit une crue éclair qui emporte un barrage hydroélectrique de la centrale de Rishi Ganga.

17.03.2021

Rechercher